Le PGD (aussi connu sous le doux nom de DMP) et l’ANR

Comme je vous le disais ici, nous avons un projet ANR accepté (re-Youpi !). Et qui dit projet ANR, dit plan de gestion des données, et oui ! Prêt·e·s ? On en parle ?

Un plan de gestion des données, c’est quoi ?

Je ne me lance pas dans une jolie définition officielle, je préviens…

Un PGD ou Data Managment Plan (DPM), c’est un document qui raconte comment les données vont être gérées tout au long d’un projet, et au-delà. Cela implique beaucoup d’aspects différents : identifier les données et les caractériser, spécifier les modalités d’acquisition, de stockage, de transfert, de diffusion, etc. mais aussi les formats, les verrous juridiques, les destinataires, re-etc.

Un PGD peut prendre la forme d’un document qui résume tout cela, et par chance, il existe des outils qui aident à créer ce document et penser à tout. Je dis des outils, mais en vrai, je n’en connais qu’un. Il s’agit de la plateforme OPIDOR.

L’ANR veut quoi exactement ?

Et bien, l’ANR demande l’utilisation d’un plan de gestion des données (lire cette actu). Extraits :

Les coordinateurs et les partenaires des projets financés à partir de 2019, devront fournir un Plan de Gestion des Données (ou Data Management Plan – DMP).

La gestion des données de recherche doit être considérée tout au long du projet.

Ainsi l’ANR demande :

  • un PGD dans les 6 mois qui suivent le démarrage scientifique du projet ;
  • un PDG mis à jour en fin de projet ;
  • et pour les projets de plus de 30 mois, une version du plan mise à jour à mi-parcours.

Et recommande :

L’utilisation de [leur] modèle, et notamment de le compléter en ligne sur le portail DMP OPIDoR développé par l’INIST ; sauf si un autre modèle est proposé par leur établissement de rattachement : https://dmp.opidor.fr/public_templates.

Quelques liens :

Evènements :

Et comment j’en apprends plus ?

Dans pas longtemps, auront lieu deux webminaires :

Et site OPIDOR regorge d’informations aussi bien sûr !

Si vous êtes plutôt logiciel que données ?

Il existe aussi des démarches concernant les software : PreSoft (Preservation for REsearch SOFTware) est un projet d’étude et de prototypage des plans de développement logiciels de la recherche développés dans les laboratoires.

La vidéo d’un séminaire sur le sujet est dispo ici : http://www.france-grilles.fr/2018-seminaire-presoft-webcast/ (ça date de 2018).

Sinon en quelques paragraphes, voici l’annonce du-dit séminaire :

Le projet, qui s’inscrit dans la démarche de pérennisation des logiciels de la recherche, est soutenu par l’IN2P3 et implique des personnels du CC-IN2P3, du LPC et du LIGM (INS2I).
Alors que les plans de développement de logiciels font partie des bonnes pratiques depuis très longtemps et que les plans de gestion de données (Data Management Plan) sont de plus en plus exigés, il n’est pas encore très fréquent qu’un plan de gestion du logiciel (Software Management Plan) soit demandé explicitement dans le cadre d’un appel à projet. Pourtant, un plan de gestion du logiciel est un bon outil pour mieux gérer la production scientifique sur le moyen et le long terme en particulier en période de contraintes budgétaires fortes.

Le modèle de plan de gestion de logiciel PRESOFT, finalisé avec l’aide d’utilisateurs, est maintenant disponible dans la plate-forme DMP OPIDoR de l’INIST et plusieurs plans ont été établis pour différents types de logiciels de la recherche.

Dans cette présentation, nous présenterons rapidement le contexte, nous expliquerons pourquoi il est intéressant de réaliser un plan de gestion pour son logiciel, nous détaillerons le modèle et son utilisation dans la plate-forme collaborative DMP OPIDoR.
Enfin, les premiers retours d’expérience et résultats de l’étude PRESOFT seront exposés.

Mots-clés : Reproductibilité de la science, Pérennisation de logiciels de la recherche

http://www.france-grilles.fr/presoft/

Mais au fait, en vrai, ça sert à quoi tout ça ?

Le PGD, c’est un peu comme la déclaration de traitement de données personnelles : même quand on n’en a pas formellement besoin, ça ne peut pas faire de mal. Réfléchir aux données que l’on manipule, d’où elles viennent, ce que l’on en fait, où elles vont, c’est déjà faire de la recherche. Par exemple : délimiter son corpus, c’est définir son objet d’étude ; identifier les traitements que l’on souhaite effectuer, c’est formuler ses hypothèses ; prévoir ce que les données deviendront, c’est penser aux perspectives !

Maintenant, comme dirait l’autre : Yapuka !

 


1 réflexion sur « Le PGD (aussi connu sous le doux nom de DMP) et l’ANR »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.